Le Bade-Wurtemberg investit 13 millions d’euros dans son réseau ferré régional

Petites lignes –

Dans le cadre de la loi sur le financement des chemins de fer (LEFG), le ministère des Transports du Land de Bade-Wurtemberg accorde à nouveau aux chemins de fer non fédéraux du Bade-Wurtemberg 13 millions d’euros cette année pour l’entretien et l’amélioration de l’infrastructure ferroviaire des lignes de passagers et de marchandises. Les chemins de fer n’appartenant pas au gouvernement fédéral, appelés là-bas “NE-Bahn”, sont des lignes qui ne sont pas exploitées par le gestionnaire national DB Netz. Le réseau ferroviaire du Bade-Wurtemberg complet couvre un total d’environ 4.100 kilomètres, soit 14% de plus que le réseau belge, pour se donner une idée. Sur ce total, 616 kilomètres appartiennent aux “NE-Bahn”. En plus de cela, 275 kilomètres sont “loués” par DB-Netz au Land du Bade-Wurtemberg, qui en a la charge et peut donc, sous conditions, participer à certains travaux de maintenance.

Grâce à de nouvelles mesures politiques, 10 millions d’euros avaient été pu être mis à disposition de ces “NE-Bahn” dès 2018, montant qui a grimpé à 13 millions d’euros en 2019. Il faut donc certains critères d’éligibilité pour accéder à ces fonds. Pour cette année 2020, 18 entreprises comportant un total de 25 sections de lignes bénéficieront des subventions régionales. Ces crédits sont destiné à couvrir la modernisation à long terme par des travaux de renouvellement des rails, des aiguillages, des traverses, des sous-structures, des ponts, et même des systèmes de signalisation et de protection des trains. En outre, ces fonds sont également disponibles pour des problèmes survenant soudainement et pour des réparations rapides (par exemple, les bris de rail).

Le ministre des Transports Winfried Hermann (Vert), a justifié cet intérêt pour la maintenance des petites lignes : « Le Land est très intéressé par la préservation des itinéraires les moins fréquentés, car nous voulons sécuriser ces infrastructures ferroviaires pour l’avenir, notamment dans les zones rurales. Pour un transport ferroviaire attractif, nous devons continuellement investir dans l’entretien du réseau ferroviaire. Ce n’est que de cette manière que les chemins de fer n’appartenant pas au gouvernement fédéral peuvent garantir un bon fonctionnement à long terme. Avec leurs offres diverses, ils contribuent de manière significative à une mobilité durable et respectueuse du climat. »

Cette politique concerne tout de même quasi 22% du réseau ferré du Land et permet de pallier au manque de vision au niveau national. D’un autre côté, cela met aussi un Land devant les responsabilités de sa gourmandise : tout menu est payant ! La politique de régionalisation semble payante : de 1994 à aujourd’hui, l’offre est passée de 60 millions à plus de 90 millions de trains/kilomètres, désormais entièrement sous appels d’offre et délégation de service public. Au vu de la politique du Bade-Wurtemberg, qui achète ses propres trains et tente de créer une école de conducteurs, on peut se demander si un jour ce Land ne disposera pas tout simplement de son propre chemin de fer complet…

>>> À lire : Quand une région achète elle-même ses propres trains

Cela montre qu’il n’y a pas de fatalité pour les petites lignes si une politique nationale de transfert de fonds est organisée par la Loi. Cette politique ne peut être aussi organisée que si on ne se base pas sur un opérateur unique, mais plutôt sur la diversité en fonction des besoins. Et de fait, les fonds du Bade-Wurtemberg iront aux entreprises suivantes :

  • Zweckverband ÖPNV im Ammertal (section Ammertalbahn Tübingen – Herrenberg)
  • Albtal-Verkehrs-GmbH (plusieurs sections dans la région de Karlsruhe)
  • Bahnbetriebe Blumberg (multiples sections)
  • Erms-Neckar Bahn AG (multiples sections)
  • Landratsamt Konstanz (section Radolfzell-Stockach „Seehäsle“)
  • MV Mannheimer Verkehr GmbH (multiples sections)
  • Zweckverband Schönbuchbahn (section Böblingen-Dettenhausen)
  • Stadtwerke Trossingen (section Trossinger Eisenbahn)
  • Südwestdeutsche Landesverkehrs AG (multiples sections)
  • Württembergische Eisenbahn-Gesellschaft (multiples sections)
  • Zweckverband Kandertalbahn (section Weil am Rhein/Haltingen – Kandern)
  • Stadt Pfullendorf (section Altshausen – Ostrach – Pfullendorf)
  • UEF Lokalbahn Amstetten-Gerstetten (section Amstetten – Gerstetten)
  • Landratsamt Böblingen (section Weissach – Heimerdingen (Strohgäubahn))
  • Zweckverband Verkehrsverband Wieslauftalbahn (section Schorndorf-Rudersberg)
  • Stadt Villingen-Schwenningen (section Gleise Lantwatten)
  • Stadt Bad Wurzach (section Roßberg-Bad Wurzach)
  • Schwäbische Waldbahn GmbH (section Rudersberg – Oberndorf – Welzheim)

Les commentaires sont clos.